Vous ne pouvez pas créer de nouvelle commande depuis votre pays : United States

La passion du métier

Lorsqu’on fournit une maison aussi exigeante que la Maison Conquet, on ne peut qu’être passionné par son métier. Que l’on soit éleveur de porcs ou éleveur de vaches, un seul credo : pratiquer un élevage de qualité, reconnu, certifié, et correspondant donc point par point à un cahier des charges très précis.

La passion du métier


Claude Pomier, éleveur de cochons à Anglars Saint-Félix 

Certifié en « bleu-blanc-cœur », Claude Pomier travaille depuis de nombreuses années pour l’entreprise Conquet. Il met un point d’honneur à fournir une viande rouge et bien ferme. La nourriture de ses animaux est à dominante d’orge, tout en étant enrichie en graine de lin et luzerne (omega 3 et 6).

Les cochons sont abattus à huit mois minimum (contre six mois habituellement) et ils pèsent environ 150 kg. Les plus gros, qui pèsent environ 250 kg sont abattus en hiver lorsqu’ils ont atteint douze ou treize mois. Pour les salaisons, les porcs doivent être plus gras que quand ils sont destinés à la découpe.

« La maison Conquet nous permet gagner notre vie en travaillant. Nous ne sommes pas soumis au prix breton », précise Claude Pomier. Sept cents cochons, environ, élevés sur une paille non traitée aux fongicides, sont ainsi livrés chaque année.

Paul Raynal, éleveur de vaches Aubrac à Saint Urcize

Avec Paul, c’est la troisième génération de Raynal qui fournit la maison Conquet. « Autant dire que nous sommes en confiance », précise cet éleveur de vaches Aubrac. Le label Rouge est de rigueur, l’alimentation ne doit comporter ni maïs, ni ensilage et les animaux livrés ne doivent pas avoir plus de dix ans. Si les vaches de Paul Raynal sont aussi tendres, c’est parce que, dit-il, « les vaches doivent surtout être bien finies. C'est-à-dire qu’elles doivent avoir du persillé, et donc être bien grasses ».

Toute la production en viande Aubrac de Paul Raynal est destinée à la maison Conquet et l’éleveur se paie même le luxe d’engraisser quatre bœufs de Pâques chaque année, tout spécialement pour le festival des bœufs gras. Malgré sa grande expérience, il affirme chercher encore à s’améliorer tous les jours. Un état d’esprit qui, sans nul doute,  contribue à toujours plus renforcer la collaboration entre ces deux entreprises familiales.

Sébastien Bras, restaurateur 3 étoiles à Laguiole

« La maison Conquet est un fournisseur privilégié, très fidèle depuis très longtemps. Ici, nous pratiquons une politique de défense du territoire et nous nous efforçons de mettre en avant ceux qui ont les mêmes vues que nous ».

Sébastien Bras fait aussi remarquer que Lucien Conquet a été l’un des fers de lance dans la mise en place de la filière bœuf fermier d’Aubrac et que la famille Bras a évidemment soutenu cette démarche. « Chez nous, la clientèle a un certain niveau d’exigence », précise encore le chef du Puech du Suquet, à Laguiole. « Nous sommes donc parfois un peu compliqués, mais c’est pour la bonne cause. Et chez les Conquet, on répond toujours présent pour tirer le produit vers le haut. Tout se passe donc très bien ».


Vus recemment

Aucun produit

Menu

Top